Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (dites SCPI) sont des placements très prisés par les investisseurs ces dernières années. Avec la chute des taux du livret A et des Fonds Euros en Assurance Vie, investir en SCPI présentent une alternative particulièrement intéressante de part ses taux de rémunération élevés (entre 5 et 6% selon les SCPI). Profitant des faibles taux d’emprunts accordés par les banques, les personnes souhaitant investir en SCPI maximisent ainsi leur effet de levier.

La rémunération n’est cependant pas l’unique avantage de ce placement. Appellé système « pierre papier », l’investisseur ne devient pas propriétaires des murs d’un bien précis. Il achète en effet des parts qui sont dématérialisées sur un parc immobilier pouvant s’étendre sur toute la France, voir dans d’autres pays de l’Europe comme l’Allemagne. Investir en SCPI présente donc de nombreux avantages. Le premier est la mutualisation des risques, car le prix de la part est valorisé sur l’ensemble du parc. Cela sous entend donc une mutualisation géographique et typologique, les SCPI pouvant investir dans des bureaux, des usines, des pas de porte… susceptibles d’être répartis sur différentes régions.

Le second avantage inhérent à ce système « pierre papier » est la flexibilité du placement. En effet, l’investisseur peut à tout moment, et sur des délais inférieur à 1 mois, revendre tout ou partie de ses parts. Contrairement à un propriétaire d’un bien immobilier mis en location qui ne pourrait revendre qu’une moitié d’appartement, investir en SCPI présente la garantie d’avoir le contrôle sur le pourcentage que le particulier souhaite récupérer sur son placement. Si un besoin de liquidité arrivait quelques mois ou année après l’acquisition de parts, la personne pourrait revendre quelques pourcents de son investissement initial pour répondre à ses besoins, tout en continuant à profiter des loyers sur le pourcentage conservé.

Lorsqu’un particulier achète un bien immobilier à finalité locative, une autre problématique est à prendre en compte: le propriétaire doit faire face au risque de locataire, qui peut déboucher sur des périodes vacantes mais aussi sur des locataires qui ne payent pas mais demeurent bien difficiles à déloger. Les propriétaires de part en SCPI n’ont pas à faire face à ces inconvénients, la société de gestion s’occupant de trouver des locataires, et leur fait signer des baux commerciaux protecteurs dans le cadre des SCPI de rendement. La délégation de la gestion n’est pas le seul avantage de la SCPI en comparaison de la location en non meublé. Un propriétaire d’un appartement ou d’une maison mis en location aura du mal à prévoir la trésorerie nécessaire pour les petits travaux ainsi que les réfections de façade, toiture… alors qu’une personne possédant des parts en SCPI n’aura aucune trésorerie à prévoir, la société de gestion les prenant à sa charge les travaux. De plus, la dématérialisation des parts sur l’ensemble du parc immobilier fait que l’investisseur ne devra pas s’affranchir de la taxe foncière.

Les avantages d’un placement en SCPI en comparaison d’un achat d’un bien immobilier à finalité locative sont donc nombreux : rendements élevés, mutualisation des risques, plus grande flexibilité, et l’investisseur s’affranchit des problèmes de gestion et de liquidité.