Business, Man, Businessman, CorporateLorsque vous décidez de revendre vos parts de SCPI, vous devez vous informer de la valeur de retrait, la valeur de reconstitution ou encore la valeur de réalisation. Celles-ci sont, en principe, connues à l’avance par le biais de la fiche commerciale de la SCPI. Vous pouvez également demander directement ces informations auprès de la société de gestion.

 

La valeur de retrait

C’est la différence entre le prix d’achat et la commission de souscription ou les frais d’entrée qui fait ressortir la valeur de retrait.

 

La valeur de reconstitution

Si le parc immobilier de la SCPI devait être racheté, l’estimation financière de sa valeur permet de dégager la valeur de reconstitution

 

La valeur de réalisation

En ce qui concerne la valeur de réalisation, elle est obtenue à partir de la valeur vénale de l’ensemble de tous les actifs constituant le parc immobilier. Pour rappel, la valeur vénale est le rapport entre la valeur du patrimoine immobilier et foncier, de même que celle de la part.

 

La revente d’une SCPI sur le marché secondaire

Les SCPI dont l’investisseur souhaite se séparer sont proposées à la revente sur le marché secondaire. Toutefois, les procédures diffèrent selon leur type : à capital fixe ou à capital variable. Dans les deux cas, le prix de la revente est calculé en fonction de l’offre et de la demande, tandis que le marché qui est entièrement règlementé est organisé par la société de gestion. En savoir plus sur https://www.scpi-8.com/.

Pour les SCPI à capital fixe, les parts sont revendues de gré à gré. Les prix tiennent cependant compte de la confrontation des ordres et de façon périodique en fonction de la SCPI.

Pour les SCPI à capital variable, c’est la société de gestion qui « rachète » les parts avant de les proposer à nouveau sur le marché secondaire. Les prix sont alors fixés par cette dernière. À noter que le prix de rachat est communiqué à l’avance par la société de gestion.

 

La sortie d’une SCPI souscrite en assurance-vie

Dès lors que vous souscrivez à une SCPI à travers une assurance-vie, le prix de la part fait en principe l’objet d’une décote – suivant la stratégie de l’assureur et ce, dans le but de rendre cette dernière plus attractive. La valeur de retrait, lui aussi, pourrait varier par rapport à celle de la SCPI souscrite en direct, les frais étant plus élevés en assurance-vie. Par ailleurs, c’est l’assureur qui procède au rachat des parts : nul besoin donc de s’alourdir des démarches pour revendre sur le marché secondaire. De plus, la SCPI est plus liquide : ce sont les principaux avantages de la souscription à travers une assurance-vie, outre la possibilité de défiscaliser grâce aux dividendes perçus.

 

Comment revendre ses parts ?

Vous remplissez un formulaire que vous adressez à la société de gestion, sachant que sa durée de validité est d’un an et qu’il peut être modifié, au besoin. Ce formulaire vous invite à renseigner le nombre de parts que vous souhaitez revendre. Vous y inscrirez également le montant du prix de vente.

À noter que dans l’ensemble, les SCPI sont plutôt illiquides et qu’il peut s’écouler un certain temps avant que la revente se déclenche. Cela par rapport à la santé du marché et donc de l’offre et de la demande. À tenir également en compte que certaines SCPI sont plus recherchées que d’autres ; celles-ci sont relativement plus liquides.

Attention aux SCPI fiscales : celles-ci ne doivent pas être revendues puisqu’elles seront conservées pendant la durée d’engagement obligatoire pour garantir la réduction d’impôt qui y est associée.